De la toiture végétale extensive, semi extensive ou intensive, laquelle choisir ?

Voyons en détails les différentes déclinaisons des toitures végétales.

En effet en fonction des caractéristiques techniques de notre toit, de notre budget et du temps que nous sommes prêts à consacrer à nos végétaux, il existe à chaque fois une solution adaptée. Disons plutôt qu’il existe trois familles de toitures végétalisées : les couvertures végétales extensives, semi-extensives et intensives.

De la plus simple peu chère et facilement adaptable à la solution la plus élaborée, la plus chère et la plus délicate à réaliser, il y a forcément un toit végétal pour tous !

La toiture végétale extensive

 
C’est le modèle le plus répandu, le plus passe-partout et qui demande le moins d’entretien.

En effet, il s’agit du tapis végétal le plus léger, pouvant couvrir aussi bien les toits plats que les plus pentus. A noter quand même que verdir un toit de plus de 35 degrés d’inclinaison demeure une tâche difficile et coûteuse. Etant donnée la légèreté des végétaux, la charpente se contentera d’un faible renforcement, l’isolant lui d’une compressibilité faible et l’épaisseur du substrat se situera entre 10 et 15 cm.


Le substrat d’une toiture végétale extensive est principalement composé (jusqu’à 70%) d’un agrégat très poreux qui retient l’eau dans la durée. Il est donc parfaitement adapté aux plantes vivaces comme les sédums, les mousses ou le lichen. L’avantage de ces plantes est leur extrême résistance ! De ce fait elles ne réclament que très peu d’entretien. Un peu d’arrosage pendant les périodes de sécheresse prolongée et un tout petit peu de désherbage suffisent. Vous pouvez trouver diverses sortes de sédums, donnant des teintes blanches, rouges, roses au bleutées. Malgré ces belles couleurs, une toiture végétale extensive n’est pas accessible. On la plébiscite pour son faible coût et son faible entretien tout en gardant toutes les vertus qu’elle apporte en termes d’isolation thermique et d’isolation acoustique.

La couverture végétale extensive est un bel écotoit tout vert, performant et peu onéreux !

La toiture végétale semi-extensive


C’est la version intermédiaire, entre la fine couche verte et le jardin de Babylone ! Une toiture végétalisée semi-extensive reste assez proche de sa petite sœur extensive, mais avec en plus des plantes à feuillage, des plantes grimpantes, des petits arbustes et même des légumes et plantes aromatiques. Pas besoin de se limiter aux couvre-sols, ce genre de toiture autorise une créativité plus grande, ouvrant la possibilité à différents types de végétaux comme énumérés ci-dessus.


La couche végétale étant plus épaisse, l’épaisseur du substrat oscillera entre 12 et 30 centimètres. Ce dernier en mi-terre mi-agrégat sera plus riche et un peu plus lourd que sa version extensive.


A la différence d’une toiture extensive, une toiture semi-extensive sera en plus équipée d’un système d’arrosage automatique. Très économique, il s’agit d’un ensemble de conduits placé sous le substrat, entre une membrane anti-racines et une autre à la fois filtrante et absorbante. Cette dernière retient l’eau afin d’humidifier les racines des plantes.


La couche isolante sera plus performante que pour une couverture végétale extensive et la charpente plus robuste afin de supporter un poids plus important.


On comprend de suite qu’une toiture semi-extensive demande légèrement plus d’entretien, un peu d’arrosage, de désherbage, d’élagage et de jardinage si vous souhaitez y cultiver des légumes et y insérer des arbustes. Mais quel bonheur ! Il s’agit là d’un espace de vie supplémentaire sur votre toit. Une solution idéale pour les maisons construites sur de petits terrains ou sur les bâtiments noyés dans la jungle urbaine.

La toiture végétale intensive


C’est la déclinaison du jardin suspendu la plus aboutie. On y plante presque tout ce qu’on y planterait à même le sol, tout un tas de végétaux y compris des arbres nains et décoratifs. Il va de soi que ce type de végétaux ne prend pas racine sur n’importe quelle toiture.


En effet, pour soutenir et alimenter cette mini forêt l’épaisseur du substrat de culture doit être au moins de 30 centimètres et peu même aller jusqu’à 1 mètre ! Seuls les toits en béton armé peuvent supporter ce poids (de 200 à 500 kg par m2).

L’entretien requis est très important et un système d’arrosage élaboré est une nécessité. Ce type de couverture végétale ne s’adapte pas aux fortes pentes, l’inclinaison du toit ne doit pas dépasser 5%.

Pour toutes ces raisons, la plantation intensive n’est possible que sur les constructions neuves prévues à cet effet. On en trouve presque exclusivement sur les bâtiments collectifs. De véritables oasis urbaines dans les airs en quelque sorte.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Savoir-Bricoler